top of page

Population du Rajasthan

population du rajasthan.jpg

Le peuple Rajpoute

La fierté d'appartenir au clan des guerriers

Les Rajpoutes ont façonné leur pays et lui ont même donné leur nom, le Rajasthan. Ils se disent issus des premiers envahisseurs aryens de la caste des guerriers, les Kshatriya, mais certains, notamment les grandes familles régnantes, disent descendre d’avatars divins. Organisés en société féodale, des clans guerriers dirigeaient presque tous les royaumes du Rajasthan. Les descendants de ces seigneurs sont aussi fiers que leurs ancêtres qui leur ont laissé un code de l’honneur exigeant et un riche patrimoine culturel qu’ils ont ouvert au tourisme et que le voyageur pourra découvrir au cours d'un voyage au Rajasthan. Les plus modestes sont aujourd’hui dans l’armée, la fonction publique ou l’agriculture.

Ce sont les Marwaris, marchands rajasthanis, qui prospérèrent au Skekhawati grâce au commerce caravanier avant d’émigrer vers Mumbai ou Kolkata. Leurs descendants ont créé les grandes entreprises indiennes d’aujourd’hui (Birla, Poddar, Bajaj).

Les Brahmanes, au sommet de la hiérarchie des castes, sont de nos jours cultivateurs ou employés du gouvernement.

Viennent ensuite les agriculteurs et les bergers parmi lesquels figurent les Jats (agriculteurs prospères), les Rebaris (éleveurs de grands troupeaux de chameaux et de moutons dont les hommes sont reconnaissables à leurs grands turbans rouges) et les Bishnois (agriculteurs regroupés en villages autour de Jodhpur et grands préservateurs de l’environnement).

Enfin, les tribus constituent la plus ancienne population de la région. Elles sont localisées à l’est de l’état (Minas), dans la région d’Udaipur (Bhils et Garasias), vers Chittorgarh (Gaduliya Lohar, forgerons nomades). Les charmeurs de serpent (Kalbeliyas) quant à eux, font partie des communautés nomades.

population rajpoute.jpg
peuple du rajasthan.jpg
population etat rajasthan.jpg
a voir au rajasthan.jpg
Bergers nomades du rajasthan.jpg

Amoureux des couleurs et des ornements, les Rajasthanis expriment celle-ci dans leurs costumes traditionnels et leurs bijoux.

Chez les hommes, ce sont les vêtements, les bijoux, le type de turban et les chaussures qui établissent l’identité et le statut social de chacun. Si les citadins ont adopté la tenue occidentale du pantalon et de la chemisette, les villageois sont restés traditionnels et portent encore le dhoti blanc servant de pantalon et l’angarakha comme chemise claire.

À ceci est associé le pagari, le fameux turban rajasthani, attribut de l’orgueil masculin. De formes différentes selon les métiers, les castes, les lieux, ils observent des codes de couleurs très complexes et variables selon les régions. Savamment torsadés à la main, ils distinguent leur propriétaire et sont un véritable symbole.

Les bijoux font aussi partie de la parure quotidienne: bagues, bracelets, boucles d’oreille et même colliers sont très fréquemment portés.

Les femmes rajasthani prennent grand plaisir à soigner leur tenue. C’est ainsi que seules les citadines portent le sari indien. Les villageoises, elles, portent la traditionnelle vaste jupe très colorée appelée ghaghara, portée avec un boléro court à manches recouvert d’un caraco décolleté, le kurti. Enfin, l’odhani est le voile dont elles se couvrent la tête. Suivant les régions, la caste, la tribu, de multiples variantes existent dans les tissus, couleurs, formes, longueurs de jupes, etc…. 

Enfin, au Rajasthan, les chaussures en cuir sont portées depuis des siècles. Fabriquées à la main à partir de peau de chameau, de chèvre ou de mouton, elles sont portées aussi bien par les hommes que par les femmes. Elles peuvent être recouvertes de textiles ou de velours, brodées ou décorées de miroirs, de clous en laiton ou même de perles de céramique.

Les Rajasthanis adorent les parures. On garde en mémoire les somptueux bijoux d’or, d’argent et de pierres précieuses qu’arboraient les maharajas. Aujourd’hui, les Rajpoutes portent des bijoux d’or quand les différentes tribus préfèrent l’argent, mais personne ne saurait les omettre puisqu’ils permettent d’affirmer son appartenance à une communauté et son statut social.

Comme les vêtements, chaque parure est caractéristique d’une région. À la campagne, les femmes de certaines tribus sont couvertes de bijoux qu’elles portent avec grâce et naturel tout au long de l’année, même pour aller aux champs. D’incroyables parures d’argent sont portées au front, dans les cheveux, aux oreilles, au cou, aux mains, aux poignets, aux chevilles et aux pieds.

Dans la région de Jaisalmer, les bracelets de plastique qui remontent du poignet à l’épaule étaient autrefois faits d’ivoire. Dans la région de Jodhpur on préfère des ornements plus lourds, en argent, souvent parsemé de morceaux de verre bon marché dont les décorations sont inspirées du soleil, de la lune, des fleurs, des graines et autres feuilles.

bottom of page