principaux sites de puducherry.jpg

Les principaux sites de Pondicherry

La 'French touch' en Inde

Puducherry (ex-Pondicherry) fut sous domination française pendant plus de 250 ans (1674-1954). C’est aujourd’hui un territoire de l’union indienne. Souvent appelée 'Pondy', elle est enclavée dans l’état du Tamil Nadu, au bord de la Baie du Bengale et à 150 kms au sud de Chennai. Mais sa langue et son apparence trahissent son passé colonial.

C’est en effet son histoire coloniale qui donne à Puducherry son charme et ce petit goût de France, unique en Inde. La partie la plus ancienne est l’ancien quartier français où figurent les principaux sites. Elle a su préserver son héritage colonial avec ses rues pavées et ombragées, bordées de villas coloniales couleur moutarde drapées dans leurs haies de bougainvilliers. Sur la ‘Promenade Beach’, en front de mer, les statues de Joseph-François Dupleix (ancien Gouverneur général de l’Inde française au 18e siècle) et de Jeanne d’Arc trônent toujours. La langue officielle de la ville est le tamoul - pourtant la langue de Molière est encore bien présente parmi les habitants.

Conçue par les Hollandais, convoitée par les Anglais, construite par les Français, la connexion française reste la plus forte et se heurte parfois, toujours gentiment et naturellement, aux sensibilités indiennes. Le voyageur ne sera donc pas surpris par les consommatrices portant des fils de jasmin dans leurs cheveux et conversant dans un français impeccable. Ou encore par un conducteur de pousse-pousse les saluant avec un 'bonjour' retentissant. Il pourra même assister à un concours de pétanque animé en face de L'Eglise Notre Dame des Anges, construite en 1707, où la messe est célébrée en français tous les dimanches.

Quartier français pondicherry.jpg
Eglise pondicherry.jpg
promenade pondicherry.jpg

En flânant dans ses rues, il arrive que l’on rencontre les descendants français de ces colons. Certains ont même gardé leur nationalité française lors du rattachement de Puducherry à l’Inde en 1954. Certains vieux monuments sont toujours debout tel Le Foyer du soldat, une salle réservée à ceux, indiens et français, qui se sont battus pour la France. On verra aussi le drapeau tricolore flotté sur certains établissements culturels et administratifs tels le Consulat général de France, l’Institut français, l’Alliance française ou même le Lycée français. Ce dernier, construit en 1826 par le Gouverneur général de l’époque, reste le plus ancien et l’un des plus importants établissements scolaires français en Asie.

Pour le voyageur, l’immersion en ‘territoire’ français sera facile : de l’hébergement dans des hôtels de charme -construits au 18e siècle et qui abritaient à l’époque ou le département de l’instruction publique ou l’ancienne demeure de Joseph-François Dupleix- à la restauration qui propose partout une grande variété de plats et produits traditionnels français –de la  ratatouille au « paneer » (fromage frais indien) au «rasam» aux crevettes (soupe épicée au lait de coco) en passant par le croissant doré, la baguette croustillante, la quiche, le coq au vin, le filet mignon, ou encore la sole meunière.

Au contraire de ses voisines du Tamil Nadu, ‘Pondy’ est un havre de paix où il fait bon se promener que ce soit sur ses boulevards bordés d’arbres ou le long de ses plages préservées qui s’étendent à perte de vue. L'essence de Puducherry c’est la merveilleuse coexistance du contemporain et du colonial, de l'hédonisme et du spirituel, de la tranquillité et du chaos, du présent et du passé.

ruelle du vieux quartier pondicherry.jpg
paradise beach pondicherry.jpg
hotel palais de mahé pondicherry.jpg