La plus sainte des villes sacrées

Ce qu'il faut voir à Varanasi

VARANASI

‘‘Au fond de la plaine où coule le vieux Gange, du fond de l’immense plaine de vase et d’herbages que les vapeurs de la nuit embrument encore, l’éternel soleil vient de surgir et, ainsi que tous les jours depuis trois mille ans, il rencontre là devant lui, arrêtant son premier rayon rose, les granits de Bénarès, les pyramides rouges, les pointes d’or, toute la ville sainte dressée en amphithéâtre, comme pour saisir avidement la lumière initiale, se parer de la gloire du matin.

Et ici, c’est l’heure, par excellence ; c’est, depuis le commencement des âges brahmaniques, l’heure consacrée, l’heure de la grande vie religieuse et de la grande prière. Bénarès soudainement déverse sur son fleuve tout son peuple, toutes ses fleurs, toutes ses guirlandes, tous ses oiseaux, toutes ses bêtes. Par les escaliers de granit, à cette apparition du soleil, c’est un joyeux écroulement de tout ce qui vient de s’éveiller, de tout ce qui a reçu de Brahma une âme, humaine ou obscure’. L’Inde (sans les Anglais), Pierre Loti, 1903.

Ce qu'il faut voir à Varanasi (ex-Bénarès), considérée comme l'une des plus vieilles villes du monde, se déroule sur les gaths, marches de pierre descendant dans le fleuve Gange permettant aux dévots hindous de pratiquer leurs ablutions et prières (pujas).

LES GATHS DE BÉNARÈS

Ils sont le cœur de Varanasi, là où tout se passe. Des centaines d’escaliers descendant dans le fleuve Gange, petits ou grands, qui apparaissent ou disparaissent au gré des fluctuations du niveau du fleuve. Chaque ‘ghat’ est marqué par un ‘lingam’ (symbole de Shiva) et occupe une place bien particulière dans la géographie religieuse de la cité. Certains se sont effondrés au cours des années tandis que d'autres continuent à prospérer.

Quotidiennement, à l’aube an particulier, les ghats sont animés d’un flot régulier de pèlerins et de visiteurs, les baigneurs et les prêtres offrant des puja (prières), et ceux pratiquant la méditation et le yoga. Les hindous considèrent le Gange comme l'élixir de la vie qui apporte la pureté aux vivants (se baigner dans le Gange est sensé laver de tous les péchés) et le salut aux morts (les crémations y ont lieu presque 24 heures sur 24).

LA CÉRÉMONIE DE L'AARTI SUR LE GANGE

Chaque jour, au crépuscule, un rituel spirituel puissant et édifiant se déroule sur les gaths de Varanasi. C’est la cérémonie de l’Aarti, un rituel de dévotion à la déesse Ganga qui utilise le feu comme une offrande.

L'Aarti se déroule face à la rivière. Il est pratiqué par un groupe de jeunes pandits (prêtres hindous), tous drapés de robes couleur safran avec leurs plateaux de puja étalés devant eux. Après avoir soufflé dans une coquille de conque, ils agitent des bâtons d'encens dans des gestes élaborés et forment des cercles à l’aide de grandes lampes enflammées. Le mouvement des lampes tenues par les pandits est étroitement synchronisé avec les chants rythmés d'hymnes et le cliquetis de cymbales. L'odeur capiteuse du bois de santal imprègne profondément l'air.

SARNATH

C’est ici que Bouddha vint faire son premier prêche après avoir atteint l'illumination à Bodhgaya.

Au 3e siècle av. J.-C., l'empereur Ashoka fit ériger de magnifiques stupas et monastères, ainsi qu'un pilier gravé. Lorsque le voyageur chinois Xuan Zang y passa en 640 ap. J.C., Sarnath possédait un stupa de 100 mètres de haut et 1500 moines occupaient les grands monastères. Cependant, peu de temps après, le bouddhisme déclina et, quand les envahisseurs musulmans saccagèrent la ville à la fin du 12e siècle, Sarnath disparu complètement. Le site fut ‘redécouvert’ par des archéologues britanniques en 1835.

Private Limited Company incorporated in New Delhi 

Reg. No. U63040DL2001PTC112603

Flo Travels Pvt Ltd

Shop n°F-9, Malhan Plaza, Plot 5, Pkt. 7, Sector 12

Dwarka, New Delhi 110075 - India 

Tel : (00 91) 11 42 72 53 35

Email : info.flotravels@gmail.com